Il s'agit bien entendu de l'intérêt au sens procédural, de l'article 546 du Code de procédure civile.

L'intérêt constitue une fin de non-recevoir, de sorte que la sanction est...

... l'irrecevabilité.

La question est de savoir si cet intérêt peut être perdu en cours de route, et si l'appel peut ainsi devenir... irrecevable.

Petit rappel de la Cour de cassation (Civ. 2e, 25 juin 2015, n° 14-16824, non publié) :

"l'intérêt de l'association, qui a succombé en ses demandes devant le juge de l'exécution, à interjeter appel, s'apprécie au jour de l'appel"

Rien que nous ne savions déjà. Mais les rappels sont toujours les bienvenus.

Peu importe ce qu'il advient en cours de procédure. L'appel peut perdre son objet, mais sa recevabilité, si elle n'est pas discutable au jour de l'appel, ne le sera pas davantage ultérieurement.

 

Auteur: 
Christophe LHERMITTE

Commentaires

merci

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
J'accepte que GDL Avocats collecte mes données personnelles afin de pouvoir me contacter et m'adresser les informations nécessaires au traitement de ma demande, j'ai la possibilité de retirer à tout moment mon consentement en envoyant un email à GDL@avocat-cour.fr. Je peux également consulter la charte de protection des données personnelles.