C'est comme ça, et il faut le savoir.

Mais ne cherchez pas à comprendre pour quelles raisons il en est ici.

La péremption est indivisible.

La Cour le rappelle dans une affaire dans laquelle la partie espérait peut-être un revirement (Civ. 2e, 1er septembre 2016, n° de pourvoi: 15-18909, Publié au bulletin) :

 

Mais attendu qu'étant indivisible, la péremption éteint l'instance, lorsqu'elle est demandée par une des parties, au profit de toutes les autres

 

Le problème avec ces affirmations - étant rappelé que le Code de procédure civile ne dit pas que la péremption est indivisible - est que la Cour de cassation pourrait très bien considérer un jour que la péremption n'est pas indivisible. Et ce serait comme ça !

Et la caducité, elle est ou pas indivisible ?

La question est intéressante, mais n'a pas vraiment de réponse, même si l'on peut estimer que tel n'est pas le cas.

Vous imaginez un peu les conséquences procédurales s'il était considéré que la caducité est indivisible...

 

Auteur: 
Christophe LHERMITTE

Commentaires

En revanche, la jonction ne le serait pas en présence d'un(e) mineur(e) venant aux droits d'un de cujus, puisque l'instance jointe serait interrompue à son profit (je me marre !) ...

VTD
PW

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
J'accepte que GDL Avocats collecte mes données personnelles afin de pouvoir me contacter et m'adresser les informations nécessaires au traitement de ma demande, j'ai la possibilité de retirer à tout moment mon consentement en envoyant un email à GDL@avocat-cour.fr. Je peux également consulter la charte de protection des données personnelles.