La convention d'honoraire est imposée depuis la Loi Macron entrée en vigueur en août 2016.

Mais soit l'avocat a omis cette formalité, soit le client ne retourne pas le document (ça arrive).

L'avocat peut-il néanmoins se faire payer pour les diligences effectuées ?

En toute logique, la Cour de cassation répond par l'affirmative (Civ. 2e, 14 juin 2018, n° 17-19.709, Bull. civ.) : "le défaut de signature d’une convention ne prive pas l’avocat du droit de percevoir pour ses diligences, dès lors que celles-ci sont établies, des honoraires qui sont alors fixés en tenant compte, selon les usages, de la situation de fortune du client, de la difficulté de l'affaire, des frais exposés par l'avocat, de sa notoriété et des diligences de celui-ci".

L'avocat peut donc saisir le bâtonnier pour qu'il soit statué sur ses honoraires nonobstant l'absence de convention.

Mais l'avocat devra alors démontrer ses diligences, et démontrer que les honoraires sont conformes.

En revanche, hors de question de prétendre à un honoraire de résultat.

Faut pas pousser non plus !

 

Auteur: 
Christophe LHERMITTE

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
J'accepte que GDL Avocats collecte mes données personnelles afin de pouvoir me contacter et m'adresser les informations nécessaires au traitement de ma demande, j'ai la possibilité de retirer à tout moment mon consentement en envoyant un email à GDL@avocat-cour.fr. Je peux également consulter la charte de protection des données personnelles.